dimanche 9 février 2014

[Retro-Gaming] Plaisir virtuel

Ce week-end, j'ai tenté d'installer un émulateur Sega Model 2, mais la seule ROM que j'ai réussi à faire fonctionner, c'est celle de Virtua Racing, tournant sur Model 1 d'ailleurs. Retour sur le premier jeu de voitures en 3D.

Ce ciel bleu, cette carrosserie rouge et blanche...
Sorti en arcade en 1992, le jeu a connu de superbes adaptations sur Megadrive et 32X, mais aussi sur Saturn et PlayStation 2. Si ce dernier portage est particulièrement proche de l'original, c'est Virtua Racing Deluxe sur 32X qui tient une place particulière dans mon cœur. Aucun temps de chargement, 3 voitures, 5 circuits et une difficulté très motivante.

Grosse cartouche
Mais revenons à la première adaptation sur MegaDrive. Comment Sega a-t-il réussi à offrir un jeu 3D à sa console 16-bits alors qu'elle ne disposait pas de mode-7 comme la Super Nintendo? Tout simplement en rajoutant une puce "Virtua Processor" dans la cartouche pour calculer tous ces polygones. Je n'ai jamais joué à cette version, mais à la vue des vidéos du jeu sur YouTube, je confirme que le résultat est très impressionnant pour l'année 1994, avant que la Saturn et la PlayStation ne débarquent.

Highland et Sand Park s'ajoutent aux 3 circuits originaux.
La version Deluxe sur 32X procure un plaisir immédiat. Du fun à l'état pur. On n'a malheureusement toujours pas les couleurs éclatantes du jeu arcade et les musiques font encore très 16-bits mais Sega a fait du très bon boulot sur ce portage. 


Logiquement, ils auraient dû continuer sur cette très belle lancée sur la Saturn, mais alors que Daytona USA et Sega Rally roulaient déjà sur la console 32-bits, Sega décida de sous-traiter l'adaptation de Virtua Racing à Time Warner Interactive. Plus de circuits, plus de voitures mais un résultat au final très soporifique. Je n'y retrouve pas la nervosité du jeu d'arcade.

Haha! Voilà à quoi ça pourrait ressembler aujourd'hui.
Je ne connaissais pas du tout la version PlayStation 2 et à la vue des vidéos, j'ai un peu l'impression qu'il s'agit d'une adaptation sans trop d'efforts (4 nouvelles voitures et 3 nouveaux circuits). Il y a même encore un peu de clipping au niveau du décor, et le bruit des dérapages est assez insupportable.. L'exploitation de la fibre nostalgique jusqu'à la dernière goutte.


Le mieux reste d'y rejouer en salle d'arcade, en particulier dans le cockpit Virtua Formula. Immersion garantie, vibrations au volant et vérins hydrauliques. Les 3 circuits sont vraiment très bien tracés et le style graphique est aujourd'hui vintage. Étrangement, le son du moteur ressemble à celui d'une voiture électrique. 


La réalité rattrape aujourd'hui la fiction. En début de cette année 2014, au salon CES à Las Vegas, on pouvait apercevoir la Formula E.